Hyperacousie et misophonie : quelles différences ?

hyperacousie

L’hyperacousie et la misophonie sont deux troubles liés à l’audition qui peuvent être décrits comme une « intolérance au son ». Néanmoins, les causes et les conséquences de ces deux troubles ne sont pas tout à fait les mêmes. Ils ne doivent donc pas être confondus et ne seront pas traités de la même manière. Car dans les deux cas, certaines situations du quotidien peuvent devenir insupportables quand on souffre de misophonie ou d’hyperacousie.

Symptômes, causes et traitements de l’hyperacousie

Comme son nom l’indique, l’hyperacousie est un trouble de l’audition qui amplifie les sons perçus. Un bruit qui vous semble anodin sera assourdissant pour une personne souffrant d’hyperacousie. Cette hypersensibilité aux sons peut se manifester de plusieurs façons, allant de la simple gêne à la douleur.

Selon les personnes, l’hyperacousie peut se manifester sur une seule oreille (hyperacousie unilatérale) ou sur les deux oreilles (hyperacousie bilatérale). Elle peut également se ressentir en permanence ou de façon occasionnelle.

Bien souvent l’hyperacousie engendre des maux de tête. Elle est aussi très souvent associée aux acouphènes. Dans environ 40% des cas, les personnes qui souffrent d’acouphènes sont également atteints d’hyperacousie.

Les causes de l’hyperacousie peuvent être multiples :

  • Vieillissement ;
  • Traumatisme sonore ;
  • Choc émotionnel ;
  • Prise de certains médicaments dits ototoxiques…

Dans certains cas, il est possible de traiter l’hyperacousie grâce à des appareils auditifs bien spécifiques : des bruiteurs. Ces derniers permettent d’adoucir les sons trop agressifs et peuvent mener à une guérison complète. Des séances de psychothérapie et de sophrologie pourront également être bénéfiques.

À l’inverse, en l’absence de traitement, l’hyperacousie peut avoir tendance à se développer davantage. Les personnes hyperacousiques ont tendance à s’isoler pour se protéger de l’agression des sons extérieurs et rester dans le silence. Le cerveau va mal comprendre cette absence de bruit et croire à une baisse de l’audition. Il va alors augmenter la perception auditive, ce qui va accentuer l’hyperacousie.

Symptômes, causes et traitement de la misophonie

Contrairement à l’hyperacousie, la misophonie n’est pas réellement un trouble auditif. En réalité, il s’agit plutôt d’un trouble neuropsychique. Si l’on se penche sur l’étymologie du mot, la misophonie est littéralement une « haine du son ». Elle se traduit par des réactions vives comme la colère ou l’anxiété face à des bruits, quelle que soit leur intensité.  Elle ne se caractérise donc pas du tout comme de l’hyperacousie.

Les personnes qui souffrent de misophonie trouvent certains sons intolérables. Bien souvent, il s’agit de bruits du quotidien comme la mastication, la respiration des autres, un robinet qui goutte, le tic-tac d’une horloge, etc. C’est d’ailleurs plutôt la répétition de ces sons plus que leur intensité qui va créer de l’irritation, de la haine ou toute réaction, souvent exagérée et parfois violente.

Si la misophonie peut apparaître à n’importe quel âge, elle se manifeste le plus souvent à la sortie de l’enfance, voire jusqu’à l’adolescence. Ses causes restent toutefois un grand mystère pour le corps médical. Ce trouble n’a d’ailleurs été reconnu que dans les années 1990, sans que les médecins ne parviennent à expliquer son origine.

Là où la misophonie et l’hyperacousie se rejoignent, c’est dans l’isolation qu’elles engendrent chez les personnes qui en souffrent. Dans le cas de la misophonie, l’isolation peut être :

  • Volontaire : la personne fait en sorte d’éviter les bruits qui l’irritent, allant jusqu’à se couper des autres ;
  • Involontaire : face aux réactions démesurées de la personne souffrant de misophonie, parfois qualifiée d’hystérique, son entourage va avoir tendance à s’éloigner.

Malheureusement, il n’existe pas de traitement contre la misophonie. La seule solution consiste à se tourner vers des thérapies alternatives comme la méditation, la sophrologie, etc.