Mieux vivre la maladie d’Alzheimer d’un proche

Aujourd’hui en France, 850 000 personnes souffrent de la maladie d’Alzheimer. Toutefois, on estime que cette maladie touche 3 millions de Français. En effet, en-dehors de la personne malade, c’est tout son entourage qui doit apprendre à vivre avec la maladie d’Alzheimer. Une situation pas toujours évidente à gérer au quotidien, surtout pour les proches aidants. Si vous vous trouvez dans cette situation, voici quelques pistes qui pourraient vous aider à mieux vivre avec la maladie d’Alzheimer d’un proche.

Concilier maladie d’Alzheimer et activité professionnelle

Endosser le rôle d’aidant familial n’est pas toujours évident, surtout quand on doit jongler entre les soins du proche et son activité professionnelle. Qu’il s’agisse de la maladie d’Alzheimer ou d’une autre pathologie, on estime que la France compte 4,5 millions de salariés aidants. Et en moyenne, ces personnes sont absentes 16 jours de plus que les salariés non aidants chaque année (source : Ariane Conseils).

Pour apporter un début de solution à ce problème, le gouvernement a voté en 2017 en faveur d’une loi visant à autoriser le don de jours de congés entre collègues. Il s’agit en réalité d’une évolution de la loi du 9 mai 2014, qui autorisait déjà le don de jours de congés entre salariés d’une même entreprise pour les enfants gravement malades. À présent, cette mesure concerne tout membre de la famille en situation de perte d’autonomie.

Placer son proche en maison de retraite médicalisée

Si certaines personnes n’hésitent pas une seule seconde à s’occuper de leur proche atteint de la maladie d’Alzheimer, cette décision n’est pas évidente pour tout le monde. Quelle qu’en soit la raison, ces personnes peuvent alors décider de placer leur proche dans une maison de retraite médicalisée (EHPAD), pour une meilleure prise en charge.

Avant de prendre votre décision, n’hésitez pas à comparer les maisons de retraite et leurs tarifs. Certaines disposent de services dédiés aux personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Les résidents sont ainsi accueillis dans un environnement sécurisé et favorisant leur bien-être.

Pour l’entourage, cette solution permet d’être plus serein en ce qui concerne la prise en charge de leur proche malade. Ils peuvent également bénéficier d’un lieu d’écoute, où ils pourront trouver réconfort et conseils auprès du personnel ou des autres familles de résidents.

S’informer et apprendre à connaître la maladie d’Alzheimer

Si l’un des membres de votre famille souffre de la maladie d’Alzheimer, son médecin traitant (ou le vôtre) pourra être votre premier interlocuteur pour en savoir plus. Ce dernier est à même de répondre à vos questions concernant la maladie, ses traitements, son évolution, etc. Si ses réponses ne sont pas suffisantes, vous pouvez également vous tourner vers le neurologue qui s’occupe de votre proche. La maladie d’Alzheimer étant évolutive, celui-ci pourra vous aider à mieux appréhender la maladie et à savoir à quel stade se trouve votre proche.

La peur de l’inconnu est tout à fait compréhensible. C’est pourquoi vous informer sur la maladie d’Alzheimer est important. Même si cela ne permet pas de guérir votre proche, vous serez plus à même de comprendre son état.

Il existe également des associations dont le but est d’accompagner les personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer ainsi que leurs proches. En plus de vous apporter un soutien psychologique, elles pourront vous aider dans les différentes démarches administratives.